À propos du livre

Genre

Poésie

Parutions

27 septembre 2023, Québec, Éditions Typo

2005 et 2008, Paris, Éditions de La Différence (non disponible).

Éditeur

Québec, Éditions Typo

[Voir la page consacrée à l’édition originale de chaque titre pour plus d’informations]

Préface d’Evelyne Gagnon (extrait)

« Poète, essayiste, romancière, librettiste et artiste, Hélène Dorion nous offre une œuvre portée par une démarche globale d’une impressionnante cohérence, qui s’ancre dans une exigence intérieure certes, mais s’ouvre plus encore à une éthique, à un désir toujours renouvelé d’éclairer notre humanité commune. À une époque de performance, de vitesse, où la technologie vampirise la vie contemporaine, la poésie d’Hélène Dorion redit l’importance de l’instant, du lien, de l’amour : « J’ai parlé d’une blessure en nous et au fond des choses, de sa banalité, de l’impossibilité de fermer les yeux, de ne pas voir en ces quelques mots, – amour, fissure, détresse, notre humanité intime et commune. »

— Evelyne Gagnon

Extraits

Ravir : les lieux

La lumière pénètre douce, c’est le matin
dans la chambre de Vermeer
le Géographe déroule ses cartes, au hasard
choisit celle où les continents se bousculent
et poussent les uns sur les autres, sur le coin droit
s’entrelacent des formes inconnues, innommées.

Il regarde : le Navigateur ouvre son compas
fixe des points minuscules
délimite les jours, les mois, les ans
au-delà des naufrages, trace des routes
pour d’autres matins.

Nous sommes seuls, pense-t-il.
Le corps, l’âme. Chaque vie
disperse sa lumière
dans la chambre du temps.

*

Le monde dévore nos paupières
au-delà des rêves, de la rose
que mâche la nuit, nous vivons
comme des feuilles enroulées
autour de l’horizon, nous flottons
et pour guérir de nous-mêmes

– quand éclatent les fissures
que se perdent les pierres
jetées parmi les lambeaux des siècles –

nous glissons avec les continents
cherchons l’eau, cherchons le rivage
et un jour l’image se retourne
le Gardien des Lieux, à nouveau
se penche sur nous.

*

 

Le hublot des heures

 

Tu rêves de villes que le temps

n’aura pas érodées, de forêts

qui dessinent des chemins vastes,

 

tu rêves, et sur la mer

les mâts des navires

rongent les pierres blanches,

la houle grignote le rivage,

 

tu rêves, mais l’aube tarde encore

à souffler sur les ruines,

les ombres se fracassent

contre la chair des maisons,

ébranlent la charpente fragile

des fenêtres par lesquelles tu vois

un peu d’espoir, crois-tu,

 

et comme lentement s’édifie un poème,

à l’intérieur de toi,

tu recueilles un à un ces lieux,

ces visages, tu touches à l’amour,

à tout ce qui peut encore être vrai

et beau, comme une promesse.

 

La Terre, à peine visible

– l’aurions-nous oubliée –

par le hublot des heures

sait-elle encore te rappeler

que tu n’es jamais

au-dessus de ce monde

qui avance maintenant

avec ses cassures

irréparables, – jamais tu ne seras

 

au-delà des vagues qui effacent

les pas humains, la beauté simple

des choses, et tu voudrais,

en cet instant où la Terre se retourne,

entendre souffler un vent oblique,

toucher du bout de ton âme

la peau fragile du temps, voir,

voir enfin s’ouvrir les ombres que l’on porte,

et comme un cœur, et comme un visage,

le monde reposer dans la paume de l’aube.